Interview de Nicolas Lemonnier, le fondateur de Run Eco Team

Publié le 19/09/2019 Mis à jour le 12/10/2021

Samedi c'est le World Clean Up Day et nous avons eu la chance de pouvoir en discuter avec le créateur de Run Eco Team : Nicolas Lemonnier. On a parlé "plogging", écologie, mais aussi équipements. Présentation :

Si tu vas régulièrement courir, en ville comme en campagne, tu as obligatoirement pu observer les incivilités de certains. Mégots, bouteilles vides, papiers, jonchent le sol, décorent tristement les fossés… Mais ce n’est pas seulement une pollution visuelle surtout quand on sait qu’un minuscule mégot peut contaminer 500L d’eau. Mais quand certains jettent, d’autres ramassent. Et pourquoi ne pas profiter de nos sorties running pour ramasser les déchets que nous croisons ? C’est ce qu’on appelle le « Plogging », mix de plocka upp (ramasser en suédois) et de jogging. Et Nicolas Lemonnier, ostéopathe nantais, est un pionnier du plogging. 

Interview-nicolas-lemonnier-run-eco-team-runpack-2019-6

 

C’est en décembre 2015 que, lors d’un run, Nicolas ramasse un paquet de cigarettes et le poste sur ses réseaux sociaux. Un mois plus tard il lance le groupe RUN ECO TEAM avec une petite communauté mais qui est présente aux quatre coins du globe. En juillet 2016, il est contacté par l’équipe de Mark Zuckerberg pour discuter de son projet. Il s’en suivra une vidéo qui sera partagée le soir de Noël 2016 par le créateur de Facebook « Himself » avec ses 83 millions d’abonnées. L’association Run Eco Team passe de 1200 à 13000 membres en l’espace de 24H.

Interview-nicolas-lemonnier-run-eco-team-runpack-2019-4

Bonjour Nicolas. Peux-tu nous parler du World Clean Up Day du 21 septembre ?

Depuis plusieurs années, on a organisé plus de 1000 évènements dans le monde. Et chaque année, vu que l’association est nantaise, on organise un évènement géant à Nantes. L’objectif est de ramasser le maximum de déchets avec un maximum de monde pour faire parler de la préservation de la planète et faire prendre conscience aux gens de l’impact que les déchets peuvent avoir sur elle. L’important est d’avoir un impact visuel sur le grand public, sur les participants, sur les passants. L’année dernière, il y avait une véritable montagne de déchets, c’était visuellement très impressionnant. Si on communique avec les chiffres, l’année dernière on a parcouru 140 kms de rues dans la ville de Nantes ce qui permet d’avoir une visibilité non négligeable, et on a ramassé 3 tonnes en 1H15.

Interview-nicolas-lemonnier-run-eco-team-runpack-2019-2

Aujourd’hui c’est quoi les chiffres de Run Eco Team ?

On est présent dans 103 pays, même peut-être un peu plus. Il y a 80000 membres sur l’ensemble des groupes Facebook. Nous avons réalisé plus de 1000 évènements en 4 ans. Entre 20 et 30 tonnes de déchets sont ramassées par semaine. Là on a lancé l’opération « One Million For The Planet » qui a commencé le 21 juin et qui se termine donc le 21 septembre dont l’objectif est de ramasser un million de déchets. Pour le moment nous sommes à 300000 et vu ce que l’on avait ramassé le 21 septembre dernier, je pense qu’on attendra l’objectif largement. Il y aura des évènements partout dans le monde ce jour là.

C’est quoi la tenue de prédilection de Nicolas Lemonnier pour une sortie plogging ?

Short, T-shirt, baskets (rire). Niveau chaussures, je suis très chaussures assez légères. Quand j’ai commencé à courir j’avais des Asics Kayano 19. C’est robuste, je trouve que c’est bien pour commencer à courir. C’est une marque qui est assez solide. Après, j’ai eu des adidas Ultra Boost, robustes aussi avec un bon amorti de foulée plus confortable et plus léger. Maintenant, je cours avec des Kalenji Kiprun Fast qui sont pour le coup très légères, très confort. Et j’alterne une séance sur deux avec les adidas Adizero Adios 4. C’est ce que je conseille à mes patients car la gomme par définition se déforme après une sortie et il lui faut un temps de latence pour qu’elle se reforme en partie. J’utilise une paire tous les 1 an et demi, je les emmène au bout. Pour le trail j’utilise les Speed Cross de Salomon qui sont très bien. Elles ne sont pas très légères, pas très souples, mais au moins c’est solide.

Pour les évènements, on a des sacs réutilisables. Mais pour être honnête, je cours, je ramasse les déchets et soit je les mets dans la première poubelle ou soit je trouve un sac plastique (ce qui arrive dans 95% des cas) je le garde à la main et je mets les déchets dedans. Grâce à ça le déchet sert de contenant.

Tu es ostéopathe, et tu t’occupes de sportifs comme par exemple la championne du monde de box Rim Ridane. C’est quoi ton conseil pour les chaussures de running ?

Mon principal conseil c’est de pouvoir les essayer. Que ce soit pour les pros ou les amateurs, le meilleur moyen de savoir si une chaussure te convient c’est de l’essayer. Il y a tellement de choix, tellement de types de foulées, de postures, de morphologies… C’est comme un matelas, le meilleur moyen de savoir si il te convient c’est de dormir dedans. C’est pour ça que j’aime bien les magasins de proximité, dans le sens où tu peux prendre la chaussure, faire 200 mètres (même si ce n’est pas la même pertinence que de courir 10-15 kms) mais tu peux au moins faire quelques foulées. Et il n’y a rien de mieux que le conseil d’un vendeur.

Des projets comme adidas futurecraft loop et sa chaussure 100% recyclable ou Veja qui sort une chaussure de runing éco-responsable, tu penses que c’est l’avenir du running ?

Beaucoup plus qu’une initiative comme la nôtre, les fabricants et les marques ont un pouvoir qui est beaucoup plus puissant que le nôtre. C’est de communiquer et de faire courir de manière éco-responsable, l’ensemble des runners dans le monde. Les marques ont un enjeu et surtout un devoir de le faire.

Quels sont tes futurs projets ?

C’est de continuer à faire ça tout simplement. Je vais également faire une chronique sur les gestes éco-responsables sur Hit West. Je continue toujours la course à pied. Le prochain objectif c’est le marathon de Toulouse et je commence aussi le triathlon, toujours en ramassant des déchets.

Interview-nicolas-lemonnier-run-eco-team-runpack-2019-1

Merci à Nicolas de nous avoir accordé un peu de son temps, et on vous invite tous à participer samedi aux évènements dans vos villes. On vous encourage aussi à pratiquer le plogging lors de vos sorties :

1 RUN = 1 DECHET

Interview-nicolas-lemonnier-run-eco-team-runpack-2019-5

Crédits photos : www.runecoteam.fr

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok