Chaussures de running

Des pointes Waffle fabriquées à la main par Bill Bowerman dans les années 1970 mises aux enchères

Publié le 19/06/2020

L'entraîneur légendaire de l'Université de l'Oregon et co-fondateur de Nike, Bill Bowerman, était connu sa passion pour les chaussures de performance et pour la fabrication de celles-ci. Pour la première fois, une de ses paires de pointes fabriquée à la main est mise aux enchères.

Bill Bowerman a fait partie des plus grands designers de sa génération. Il était attiré par les matériaux et la performance des chaussures de compétition. Voilà pourquoi il fabriquait des chaussures à pointes pour les athlètes qu’il entrainait à l’Université de l’Oregon. Il partait ainsi de zéro et utilisait tout un assemblage de matières premières pour arriver à un produit correspondant aux attentes et aux besoins de l’athlète.

bill-bowerman-john-mays

Aujourd’hui, un des modèles fabriqué à la main par Bill Bowerman est mis aux enchères. Il s’agit de pointes issues de la collection de John Mays, un des athlètes de Bill Bowerman à l’époque, coéquipier et très bon ami du célèbre Steve Préfontaine. Elles ont été créées en 1970, ou au tout début de l’année 1971, juste avant que Nike ne prenne officiellement vie au printemps 1971. Elles ont subi, au fil du temps quelques modifications car Bill Bowerman créait presque du sur-mesure pour ses athlètes et veillait à leur apporter tous les matériaux ou technologies leur permettant d’améliorer leurs performances. C’est en 1974 que Bill Bowerman apportera la dernière modification à cette paire, avec l’ajout d’une zone avec la fameuse semelle Waffle. Sur la semelle extérieure de la chaussure droite, on retrouve en effet l’ajout d’un matériau encore non testé sur la chaussure gauche. Cette semelle Waffle est une des inventions iconiques de Bowerman. C’est en voyant sa femme faire des gaufres qu’il avait en effet eu l’idée d’utiliser le gaufrier pour mouler ses premières semelles Waffle censées apporter une meilleure traction.

L’assemblage de l’ensemble de la chaussure semble un peu fragile parce qu’il n’y a pas de coutures. Le tout repose en effet sur du collage. La colle de couleur brune est d’ailleurs bien visible sur toute la tige, et en particulier là où les couches de matériaux sont maintenues ensemble.

pointes-bill-bowerman-mays-enchères-4

Ces chaussures ont conservé leurs lacets d’origine. Ils sont intégrés à la chaussure grâce à des trous faits à la main par Bill Bowerman. On en retrouve au total 14 par chaussure. Au niveau du talon, on retrouve aussi la mention « MAYS », écrite à la main par l’ancien entraîneur, pour rappeler le nom du propriétaire de cette paire. Après avoir fini ses études, Mays est d’ailleurs devenu, à son tour, entraîneur de l’Université de l’Oregon pour les sprinteurs.

pointes-bill-bowerman-mays-enchères-5

Bill Bowerman avait fourni à John Mays une lettre datée du 14 octobre 1974 expliquant les modifications apportées sur la chaussure ainsi que le protocole à suivre pour évaluer la performance de celle-ci.

pointes-bill-bowerman-mays-enchères-7

Ce modèle est aujourd’hui mis aux enchères sur le site de Sotheby’s. La première enchère est fixée à 110 000 $ mais il se pourrait que les enchères s’envolent jusqu’à 150 000$ voire même plus. En mai dernier, une paire d’Air Jordan 1 portée par Michel Jordan en personne s’était vendue 560 000$ alors même qu’elle n’était estimée qu’à 100 000$. Cette paire de pointes Waffle symbolise presque la genèse de Nike. Nul doute donc que les plus fans de la marque américaine feront monter les enchères pour obtenir ces chaussures historiques. La vente aux enchères est ouverte jusqu’au 26 juin.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok