Geoffrey Kamworor donne des conseils pour courir sur tapis !

Publié le 19/01/2021

Le triple-champion du monde de semi-marathon Geoffrey Kamworor donne ses habitudes d'entraînement sur tapis de course. L'équipement indispensable en période de confinement/couvre-feu.

Courir sur tapis de course est une sensation particulière et beaucoup de coureurs n’y sont pas forcément adeptes. Cependant, lors d’une situation telle que l’on connaît aujourd’hui (confinement, couvre-feu), il est pratique de posséder un tapi chez soi pour continuer l’entraînement en toute tranquillité. D’autant plus que les tapis de course sont un moyen d’entraînement et de progression efficace : possibilité de simuler du dénivelé, de régler sa vitesse au km/h près, etc.

Membre de la NN Running Team et notamment partenaire d’Eliud Kipchoge, Julian Wanders ou encore Joshua Cheptegei, Geoffrey Kamworor a partagé ses habitudes de course sur tapis, via le site officiel de son équipe. De quoi vous aider du mieux possible.

Prendre le temps de s’habituer au tapis

Il est compliqué de s’y habituer car les sensations y sont totalement différentes. Votre rythme, votre pose du pied, vos repères, tout est perturbé lors des premiers kilomètres.

« Il faut du temps aux gens pour s’adapter et apprendre à courir sur un tapis roulant. J’ai appris assez rapidement comment faire, mais pour d’autres, cela peut prendre un peu plus de temps »

Bien s’échauffer

L’échauffement doit être complet. Les premières foulées peuvent être brutales pour vos articulations notamment. Selon lui, commencer par marcher et augmenter son rythme lentement est la meilleure solution.

Profitez des atouts du tapis

Selon lui, le tapis de course peut être utilisé pour de nombreux types de sessions, des courses au tempo au fartlek et même aux sessions de vitesse. Il est vrai qu’un tapis de course se programme facilement et qu’il faut utiliser au maximum toutes les fonctionnalités nécessaires. Il précise également que l’une de ses séances de fartlek préférées est trois minutes de course rapide à une vitesse comprise entre 20 et 22 km/h, suivies d’une minute de jogging à 10 km/h répété. Avis aux plus courageux pour tenter cette séance.

« J’ai mis les calculs dans la machine donc 10 secondes avant que je ne sois programmé pour fonctionner à nouveau à pleine vitesse, cela permet à la machine de s’ajuster progressivement à la pleine vitesse. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Geoffrey Kamworor (@geoffreykamworor)

Ne négligez pas les sessions de vitesse

Tout en reconnaissant qu’il est un peu plus difficile de reproduire des sessions de vitesse sur piste sur tapis roulant, il insiste sur le fait que c’est loin d’être impossible.

« Ce n’est pas quelque chose de facile car cela nécessite beaucoup de calculs, mais c’est quelque chose que vous pouvez apprendre avec le temps et, pour moi, cela fonctionne parfaitement», explique-t-il. «Normalement, je m’entraînerais sur piste en groupe mais le tapis de course me permet de faire la séance de vitesse seule si nécessaire. »

Adaptez le tapis à votre terrain de jeu

Certains utilisateurs de tapis de course soulignent l’importance de toujours courir avec une légère pente, mais comme beaucoup de sessions plus rapides de Geoffrey sont exécutées sur le plat, il préfère reproduire cela avec une pente de 0,0% pendant plusieurs de ses sessions sur tapis de course. Tout dépend de vos types d’entraînements en extérieur mais rajouter une pente reste un moyen d’entraînement efficace.

Visualisez un itinéraire

Geoffrey préfère ne pas écouter de musique lorsqu’il court sur tapis roulant, car il aime rester concentré. Il suggère cependant à tous les coureurs de tapis roulant de visualiser un itinéraire de course lorsqu’ils sont sur le tapis roulant. Faites parler votre imagination !

« Que vous soyez sur une session de vitesse ou une course au tempo, il est important de visualiser, même si vous visualisez une compétition. Il est important de penser positivement à la course à pied. »

Ne pas négliger la récupération

Cela paraît logique, mais il est primordial de le rappeler. Comme sur toute course, il est important de ne pas négliger la récupération. Trottiner voire marcher pendant encore 10 à 20 minutes après l’effort offrira à votre corps une bonne récupération active.

Crédit photo mise en avant : www.nnrunningteam.com

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok