Chaussures de running

On Cloudmonster et Cloudstratus : quelles sont les différences entre ces deux modèles ?

Publié le 06/04/2022

On a récemment sorti sa nouvelle Cloudmonster. Similaire de par son profil à la Cloudstratus, on vous explique quelles sont les principales différences entre ces deux chaussures.

On dévoilait récemment sa toute nouvelle Cloudmonster. Annoncée comme une chaussure avec un très bon amorti et très dynamique, elle promet des sensations de course monstrueuses. On l’a comparée à un modèle connu de la marque : la Cloudstratus, également dotée d’un très bon amorti. Deux modèles assez similaires dans leurs technologies, mais au final assez différents dans leur utilisation.

On Cloudmonster et Cloudstratus : quelles sont les différences entre ces deux modèles ?

Même si le profil de la chaussure et les technologies présentes sont assez similaire, on retrouve tout de même une grosse différence dans l’utilisation et les sensations. La Cloudmonster s’utilise très bien lors de footings tranquilles, sorties longues et même des séances de seuil, étant donné son dynamisme. La Cloudstratus est beaucoup moins dynamique et sera privilégiée sur des footings à allure cool également, et sur des sorties longues.

comparatif on cloudmonster cloudstratus runpack

Autre différence très importante, la Cloudmonster est beaucoup plus légère de 30g environ, par rapport à la Cloudstratus. Il faut noter que la tige est en mesh sur ces deux modèles, avec 80% de polyester recyclé sur la Cloudmonster, contre 70% pour la Cloudstratus. La marque suisse continue donc à proposer des produits de plus en plus responsables.

Au niveau de la semelle intermédiaire maintenant, on retrouve chez les deux modèles une plaque Speedboard, pour apporter stabilité et propulsion aux deux chaussures. La mousse Helion est aussi une technologie commune à ces deux modèles. Elle offre du confort et une bonne protection face aux chocs lors de la foulée. Elle est couplée à la technologie Cloudtec qui cette fois est différente entre ces deux modèles. On retrouve une double couche sur la Cloudstratus alors que la Cloudmonster possède une simple couche, mais plus épaisse. Cette dernière permet à la Cloudmonster d’avoir un très bon amorti, souple et surtout réactif.

Ce qui accentue l’effet de dynamisme et de course vers l’avant est également la forme de la semelle, à l’avant de la chaussure. La Cloudmonster possède un rocker plus prononcé, ce qui incite le coureur à courir vers l’avant et donc gagner en réactivité. on running cloudmonster runpack 11

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok