Vêtements

Interview Mathieu de Douzaleur: « Être créatifs et faire rire, c’est vraiment ça notre moteur ! »

Publié le 24/03/2020

Il y a quelques jours, nous vous présentions Douzaleur, la marque de textile running à l'univers décalé. Aujourd'hui, nous partons à la rencontre de Mathieu, le fondateur de cette marque.

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ? 

Mathieu: Je m’appelle Mathieu. J’ai 37 ans. Je suis originaire de la Loire du côté de St Étienne. J’ai fait des études en école de commerce et j’ai travaillé dans de grosses boîtes à Paris pendant longtemps. À un moment, avec un copain on eu l’envie de créer quelque chose. En 2013, à côté de nos gros boulots, on s’est donc lancés dans l’aventure Douzaleur. On a créé cette marque de textile parce qu’on est des passionnés de sport. Moi je suis passionné de foot à la base, puis de course à pied maintenant. Dans nos années parisiennes, on a commencé à courir et on s’est rendu compte que c’était un univers qui manquait un peu d’humour, de fraîcheur. Il y avait avait plein d’expressions, des choses qu’on entendait qui pouvaient être propices à être déclinées et à créer un univers décalé dans le monde de la course à pied. C’est donc comme ça qu’est né Douzaleur en 2013 !

mathieu-douzaleur-running-runpack

Mathieu, fondateur de la marque (à droite). 

Pourquoi avoir choisi le nom « Douzaleur » ? 

M: On s’est dit que « douze à l’heure » c’était un peu la vitesse plaisir. « Douze à l’heure » ça fait 12km/h, ça fait un compte rond. C’est 5min au kilo.Le chiffre 12 est assez symbolique notamment dans le cinéma ou en littérature. C’est finalement un chiffre qui nous plaît bien et puis c’est une vitesse à laquelle on considère que tu ne vas pas remporter des courses. Sauf si tu fais l’UTMB ! (Rires) C’est une vitesse à laquelle on n’est pas là pour se prendre au sérieux, une vitesse plaisir, où on est là pour autre chose que la gagne en quelques sortes.

Combien de personnes travaillent à tes côtés ? 

M: Au départ on était deux fondateurs, jusqu’en 2018. Mais depuis 2018, je suis tout seul dans l’aventure. Mais je suis tout de même entouré de personnes qui m’aident, notamment un community manager, des graphistes, etc.

Notre moteur c’est vraiment la créativité.

D’où vient ce côté aussi décalé ? 

M: C’est le fruit de longues réflexions personnelles mais il y a aussi beaucoup de choses qui ressortent aussi de ce qu’on entend sur les courses. Rien que le fait de participer à des courses, sur la ligne de départ, à l’arrivée ou pendant la course on entend des choses. En laissant trainer les oreilles, ça permet de trouver de l’inspiration. J’ai plein d’amis coureurs qui me donnent aussi des idées. Notre moteur c’est vraiment la créativité. De proposer des nouvelles choses, de nouveaux slogans, de nouvelles idées car c’est ce qui intéresse aussi. On est vraiment là pour faire marrer les gens. On se positionne comme un acteur différent car on propose du contenu rigolo, absurde, décalé.

Douzaleur, c’est combien de t-shirts vendus par an environ ? 

M: C’est une bonne question ! On a une forte saisonnalité. On fonctionne très bien en réflexe cadeau pour Noël, la fête des mères ou la fête des pères par exemple. On a un boom au niveau des ventes à ces périodes là. On a un volet BtoB où on fait de la personnalisation pour les clubs, les associations, les entreprises. On a parfois des commandes de 25 ou 500 t-shirts qui sortent d’un coup donc compliqué d’établir les quantités de t-shirts vendus par an.

Êtes-vous distribués uniquement en ligne ? 

M: Il y a de la distribution en magasin mais ce n’est pas massif. Je n’ai pas fait du porte à porte pour aller démarcher les magasins car je suis tout seul et cela prend du temps. Cela s’est plus fait à l’opportunité. On est référencé dans une petite quinzaine de magasins en France et cela nous va très bien pour le moment. Ce sont surtout les ventes sur notre site et sur nos sites partenaires qui nous amènent du trafic. Il y a aussi les salons et les événements auxquels on participe qui nous apportent de la visibilité et des ventes.

Depuis 2 ans on a fortement axé sur le côté BtoB avec de la personnalisation.

Vous proposez aussi un service de personnalisation. Est-il disponible pour les particuliers ? 

M: Le service de personnalisation est mis en place depuis 2 ans maintenant. Jusqu’en 2017/2018 on ne faisait que de la vente aux particuliers avec deux collections par an. Depuis 2 ans on a fortement axé sur le côté BtoB avec de la personnalisation. C’est plus à destination de clubs, d’associations ou d’entreprise. Pas trop pour les particuliers car il y a un minimum de commande à respecter. Par contre, il y a certains de nos modèles qu’on peut personnaliser mais c’est limité à un ou deux modèles.

La personnalisation fonctionne de trois manières différentes. On peut personnaliser un modèle de la gamme avec un slogan existant et on vient apposer un logo ou un texte supplémentaire qui rappelle l’entreprise ou le groupe. On peut aussi faire de la personnalisation graphique totale avec une création de A à Z en reprenant les codes de l’entreprise ou de l’association concernée. Ça peut également être de la personnalisation simple avec un logo ou un phrase et on fait de la production pure et dure.

La nouvelle collection va sortir début avril.

Quels sont les projets de Douzaleur pour les mois à venir ? 

M: On a un rythme de croisière qui fonctionne bien avec deux collections par an. On a des rendez-vous assez incontournables dans l’année avec des salons auxquels on participe depuis 4 ou 5 ans maintenant comme l’UTMB, la Saintélyon ou Les Templiers qui sont des rendez-vous importants pour nous. La marque est présente, on y montre les nouveautés. Il y a un vrai lien avec la communauté qui se fait.

La nouvelle collection va sortir début avril. En général on a une collection plutôt printemps/été et une autre automne/hiver à compter de septembre ou octobre. On cherche toujours à ajouter une nouvelle petite touche ou des nouveaux produits mais toujours avec une valeur ajoutée. C’est à dire qu’on ne va pas créer un accessoire pour créer un accessoire. Il faut vraiment que ça ait une utilité. On est plutôt sur une optique de développement, notamment sur la partie BtoB. On essaie de grossir à ce niveau là.

Quand on parle d’équipement de running ces derniers temps, on pense surtout aux innovations pour la recherche de performance. Est-ce que l’esprit décalé et fun trouve tout de même sa place dans le monde de la course à pied ? 

M: On a nos aficionados. On a une communauté autour de nous. On s’est beaucoup fait connaitre par nos réseaux sociaux, Facebook ou Instagram. C’est une communauté qui nous suit et qui nous comprend. On ne peut pas s’adresser à tous les publics dans la course à pied car il y a en effet une vraie recherche de performance pour certains. Nous on fait du t-shirt et accessoires techniques de bonne qualité. Cela fait tout à fait l’affaire pour faire des 10km, du trail, des marathons, des ultras. Mais on est plus dans la logique de valoriser un message, un délire. On cherche vraiment à créer une atmosphère autour de l’humour. On ne va pas sur le terrain de la technicité car ce n’est pas notre rôle et on considère qu’il y a d’autres acteurs qui le font beaucoup mieux et ce n’est pas l’esprit de la marque. On s’en est tout de même rapproché quand on a fait des chaussettes ou des manchons. Comme ce sont des accessoires un peu plus techniques, on a fait des collaborations avec des acteurs dont c’est le métier. On a fait des chaussettes avec BV Sport, des manchons avec Compressport. Aujourd’hui, la balance penche un peu plus côté trail car l’ambiance est peut être moins axée sur la recherche de performance.

Pratiques-tu toi même la course à pied ? 

M: Je fais pas mal de course et je suis plus branché trail. J’ai commencé sur route sur marathon. J’en ai enchaîné quelques uns et puis rapidement le côté nature a pris le dessus. Aujourd’hui ça fait très longtemps que je n’ai pas fait de course sur route et ça ne m’intéresse plus tellement. Je suis plus branché longues distances sur les trails. J’ai eu quelques petits pépins physiques de trentenaire donc l’élan a été un peu brisé. (Rires) Mais maintenant ça revient bien. L’objectif initial c’était de faire la Diagonale des Fous quand j’ai commencé à courir. J’y ai participé en 2017. Malheureusement ça ne s’est pas terminé comme prévu car j’ai dû abandonner au Maïdo. Mais c’était top tout de même ! J’aime bien les aussi les organisations un peu intimistes. Sur les grandes courses j’aime les formats où il n’y a pas beaucoup de participants, où on est en pleine nature.

Quel est ton équipement favori lorsque tu pars sur une course ? 

M: Je suis un coureur très minimaliste dans l’équipement que je vais emmener. Minimaliste aux pieds aussi car à cause des pépins physiques que j’ai pu avoir, j’ai rapidement compris qu’il fallait que je rectifie le tir au niveau des chaussures. Je cours essentiellement en Merrel ou en Altra, donc en drop 0. J’ai fait toute une période avec les Merrel Trail Glove, avec drop 0 et très peu d’amorti sous la chaussure. Sinon c’est très basique: short, t-shirt et point final. Au niveau des t-shirts j’ai l’embarras du choix. Il y a des indéboulonnables comme « le grimpeur » qui dit « mon groupe sanguin ? D+ » qui traverse les époques et ne se démode pas. C’est un des t-shirts qui fony le plus marrer, un peu pour les avertis, pour le coup très branché trail. L’autre t-shirt fétiche c’est le « T’inquiète pas c’est roulant » qu’on avait développé en collaboration avec nos copains de la page « Les genous dans le gif ». Voilà les deux modèles que j’aime bien emmener sur les courses.

Qu’est-ce qu’on peut souhaiter à Douzaleur pour la suite ? 

M: On peut nous souhaiter de continuer à être créatifs et surtout de continuer à faire rire. Ça c’est vraiment notre moteur !

 


Un grand merci à Mathieu de nous avoir accordé un peu de temps pour cet interview ! Pou découvrir les différents produits de la marque, rendez-vous sur leur site Douzaleur.com.

 

Crédits photos : David Gonthier Pixel en Cime

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok