Testing

Mizuno Wave Rebellion – Test et avis

Publié le 16/10/2021 Mis à jour le 13/10/2021

On a testé la Wave Rebellion de Mizuno, une nouvelle chaussure orientée performance, dotée d'une plaque en fibre de verres. On vous dit ce qu'on en a pensé !

Mizuno Wave Rebellion – Présentation des séances réalisées

Au total, 70-80km ont été parcourus avec ces Wave Rebellion. Testées sur des petits footings au départ, puis sur des allures (revêtement bitume), séance piste (VMA courte), footings longs actifs (divers revêtements en campagne). Le ressenti global est très positif pour faire des allures, avec un chausson confortable qui se fait au pied sans problème (aucune gêne/douleurs/ampoules alors que je cours toujours en adidas d’habitude). Le principal bénéfice n’est pas tant le renvoi mais plutôt l’économie de course. La chaussure est plutôt stable, même sur revêtement mouillé ou dans des virages serrés. En revanche, elle est trop souple pour faire une séance piste rapide. Les petits défauts englobent le bruit qu’elle fait sur le bitume et la languette supérieure (sous les lacets) qui est imposante et rigide.

 

Séance 1 : footing 40’

Le chausson est confortable et la chaussure présente de l’amorti. Je n’ai pas ressenti de gêne ou de douleurs sur ce premier essai, je me suis directement sentie bien dedans. Elle peut donc se prêter à la réalisation de footings (même si c’est dommage au vu du prix et de la technologie). Comme elle présente tout de même un profil dynamique grâce à la plaque en fibre de verre, je la préconise dans ce cas plutôt pour des footings longs un peu actifs. J’en fait d’ailleurs le test un peu plus tard (séance 4). A noter que le bruit sur le bitume peut devenir agaçant en footing (alors qu’on y prête moins attention sur une séance).

 

Séance 2 : allures (3×8’ allure 3’45’’-3’50’’/kil récup=2’)

C’est un grand oui de ma part. Pour moi, le modèle est fait pour ce genre de séance. La chaussure apporte suffisamment d’amorti pour effectuer cette séance même sur bitume, je ne sens pas un « renvoi » exceptionnel mais vraiment une économie de course. C’est-à-dire que si je ne sens pas une différence radicale par rapport à mes chaussures habituelles (adidas Adizero Adios 5) sur les 2 premiers blocs, en revanche sur le 3ème bloc, je suis davantage en aisance pour la même allure. Aucune gêne, aucune douleur au niveau des pieds. Passage sur pavés et sur bitume mouillé, je m’attendais à ce qu’elles glissent mais en fait pas plus qu’une autre chaussure « standard », c’est une bonne surprise. Elles sont également moins instables que les chaussures carbone (Deviate Nitro de Puma ou Adios Pro 2 de adidas) dans les virages serrés, sans doute car la semelle est moins épaisse. J’ai les chevilles qui partent facilement « en vrille » et j’ai l’impression qu’elles sont bien maintenues dans cette chaussure.

 

Séance 3 : VMA sur piste 2x(8x200m en 35-36’’, récup=35’’), récup=4’ entre les blocs.

Je n’ai pas du tout apprécié cette chaussure pour une séance rapide sur piste. Elle est trop souple pour ce type de séance, on n’a pas le temps de ressentir une quelconque « économie de course » sur des distances courtes et il n’y a pas suffisamment de renvoi, à cause de ce manque de rigidité. Elle est trop « chausson » pour une VMA courte. J’ai changé de chaussure sur la récup entre les blocs pour finir la séance avec mes Adizero Adios 5.

 

Séance 4 : footing long actif 18,2km à 4’08’’/kil de moyenne.

La chaussure parfaite pour la sortie longue : même si on sent davantage le bénéfice sur les portions de bitume, elle est également adaptée pour les passages en chemin car relativement stable. Elle apporte le confort nécessaire pour courir 1h15 sans penser aux chaussures qu’on a aux pieds. Pas d’ampoules, pas de gêne. Toujours ce bruit désagréable quand on passe sur bitume (qui est flagrant lorsqu’on sort d’un chemin car on ne l’entendait plus).

 

Séance 5 : allures (2×13’ allure 3’45’’/kil récup=3’)

Mêmes remarques que sur la séance 2 : j’ai beaucoup apprécié, très bonnes sensations, pas de gêne/douleurs malgré la longueur de la séance.

Mizuno wave rebellion test runpack

Mizuno Wave Rebellion – les caractéristiques techniques

  • Type de foulée : neutre
  • Drop : 8mm
  • Poids : 230g (H) / 215g (F)
  • Prix : 200€

Confort

Note :

(9/10)

Chausson très confortable. Seul bémol : la languette supérieure trop imposante quand on fait ses lacets. Attention : je mets du 40 en adidas, ici du 40 en Mizuno ça passe mais il ne fallait surtout pas plus grand. J’aurais dû opter pour du 39 ½.

Mizuno wave rebellion test runpack 3

Dynamisme

Note :

(5/10)

Elles sont suffisamment dynamiques pour faire des allures « faciles » mais pas lorsqu’il s’agit d’aller vraiment vite. C’est parfait pour courir à 3’50’’/kil, mais je ne ferais pas une séance avec des allures à 3’25-30’’/kil avec ces chaussures, j’opterais pour un modèle plus rigide. En course, je ne pense pas que j’opterais pour ce modèle (pas assez rigide pour 5km et pas assez de renvoi par rapport aux carbones sur 10km).

Mizuno wave rebellion test runpack 4

Amorti

Note :

(9/10)

Très satisfaite de l’amorti. La mousse ENERZY Lite fait très bien le travail. A noter que c’est une nouveauté Mizuno : 22% plus moelleuse, et 35% plus réactive par rapport à la traditionnelle mousse U4ic. (ndlr).

Mizuno wave rebellion test runpack 2

Stabilité

Note :

(8/10)

Cette Rebellion reste très stable dans les virages, les relances, et les chemins même avec graviers ou racines. Elle n’est évidemment pas aussi stable qu’une chaussure trail, mais pour une chaussure axée performance, c’est très bien.

Mizuno wave rebellion test runpack 5

Maintien

Note :

(10/10)

Je suis particulièrement sensible à ce point, mes chevilles étant fragiles. Je me suis sentie parfaitement maintenue dans ces chaussures, ce qui explique que j’ai osé les essayer sur sortie longue dans des chemins.

Mizuno wave rebellion test runpack 1

Verdict

On l’aura compris, j’ai adopté cette chaussure pour mes séances d’allures « faciles ». Elles sont idéales pour l’entraînement de tous les jours sur ce type de travail, notamment sur bitume mais elles permettent de passer sur des chemins sans avoir peur de « vriller ». Le confort et l’amorti sont vraiment un plus. Elles ne sont pas adaptées pour des séances piste. Pour les courses, il existe des modèles plus performants.

Articles similaires

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok