Romain Wyndaele : « J’adore tester des produits, je suis curieux de tout ça »

Publié le 19/10/2021

On a pu échanger autour des équipements et des habitudes d'entraînement avec Romain Wyndaele, athlète On Running et Polar.

Romain Wyndaele a 25 ans et est champion de France Open 1500m. Pleinement consacré à l’athlétisme depuis deux ans et demi maintenant, il est sponsorisé par Polar depuis quelques mois sur la partie accessoires, et par On Running depuis plus d’un an sur la partie textile et chaussures.

romain wyndaele on running runpack

Quels modèles On Running tu utilises au quotidien ?

Pour les pointes, On a fait une paire de sprint et une paire de demi-fond, mais c’est juste pour les athlètes, elles ne sont pas commercialisées. Pour ce qui est du trail, c’est la Cloudventure parce qu’elle est légère, et plutôt confortable par rapport à la Cloudventure Peak. Sur route, j’utilise beaucoup la Cloudflow car elle est proche du sol et parfaite pour les petits footings. La Cloudstratus aussi, pour tout ce qui est footing long. Ils l’ont pas mal changé, elle est beaucoup plus souple et bien plus confortable qu’avant. Avant elle était bien ferme et vu que je suis un petit gabarit, je n’arrivais pas à bien la déformer, pour qu’elle se fasse à mon pied.

Sinon, pour les sorties plus longues et rythmées, j’utilise la Cloudboom Echo. Elle répond plutôt et bien, et est proche du sol. Je l’utilise pour mes séances de côtes par exemple et c’est pas mal. C’est une bonne évolution de la Cloudboom mais c’est une chaussure que j’utilise plutôt à l’entraînement. Honnêtement, pour les compétitions, il y a bien mieux sur le marché. Je n’irai pas plus loin qu’un 10 bornes avec quoi, ça charge vite les mollets.

Tu participes au développement produit de On ?

Oui, par exemple, j’avais les Cloudboom Echo en prototype. C’était une des premières versions. J’ai fait quelques retours, notamment au niveau de l’avant-pied. C’est une semelle traditionnelle et à partir du milieu du pied jusqu’à l’arrière, c’est des Clouds, mais sur le prototype, ils étaient mous, beaucoup trop mous. Ils ont changé ça, maintenant c’est plus ferme et c’est beaucoup mieux.

J’ai aussi rencontré l’équipe de développement. Ils m’ont posé beaucoup de questions pour faire des pointes, mais aussi des paires de route, j’ai adoré leur faire des retours. J’ai aussi travaillé dans un magasin de running là jusqu’en mars. L’avantage, c’est que j’ai pu essayer de tout. J’adore tout ça, tester des produits, des prototypes, je suis curieux. L’année dernière encore, j’ai testé pas mal de prototypes pour Salomon, car je courais pour eux avant, et je suis toujours resté en contact.

romain wyndaele on running runpack 4

A l’avenir, tu te vois faire des distances plus longues ?

Je me suis dit, avant de courir longtemps, il faut savoir courir vite. Là je fais un peu tout ce que j’ai à faire, j’ai des pas mal de qualités sur le 1500m. Après, j’aimerais bien faire des bons chronos sur 10km, même si ce n’est pas là où j’excelle. Je vais voir jusqu’où je peux faire de la piste, et plus tard je retournerai sur du trail et du long.

Quelles montres Polar tu utilises ?

J’utilise la nouvelle Grit X Pro parce qu’elle est quand même plus précise. Ce que j’aime aussi sur cette nouvelle montre, c’est qu’elle peut passer en ville, car elle est très sobre et classe. Quand je vais faire un footing normal ou sur piste, je prends soit la Vantage V2, soit la Vantage M, car ce sont des montres plus légères.

romain wyndaele on running runpack 2

Comment gérer le fait d’être vegan et sportif de haut niveau ?

J’adore me faire à manger, et je trouve tout ce dont j’ai besoin dans les aliments que j’utilise. Il faut juste manger de la nourriture variée. Je ne suis pas non plus pour prendre des compléments alimentaires. Je considère ça comme une pratique dopante, même si c’en est pas du tout. C’est plus une question d’éthique. Ça fait cinq ans et demi maintenant que je suis vegan et ce qui m’a aidé à passer le cap, c’est que j’ai travaillé dans un magasin bio où j’ai pu découvrir plein d’aliments. En deux semaines, je peux ne pas manger le même plat deux fois.

Tes prochains objectifs sportifs ?

Faire les cross. Ça commence dans deux semaines et demi, avec les France. Après, je vais aller à Dijon faire les sélections pour les championnats d’Europe sur le relais cross court. Ensuite, la saison de cross classique de janvier à mars avec peut être une ou deux sorties en salles, histoire de mettre un peu de rythme dans la saison.romain wyndaele on running runpack 3

Pourquoi avoir rejoint le club de Dijon ?

J’habitais à Evian, et c’était à 1h30 d’Annecy. J’y allais rarement à Annecy, du coup je courais tout le temps tout seul. La piste, elle est souvent fermée, tu n’as pas le droit au vélo donc personne ne peut te faire les allures. Des fois, j’allais Aix-les-Bains, donc je faisais une demi-heure en prenant l’autoroute, tout le temps tout seul, c’est dur. Là, je voulais rejoindre un groupe d’entraînement parce que cette année et l’année prochaine, j’ai l’opportunité de me consacrer à 100% à l’athlétisme. Je me suis dit qu’il me fallait un groupe d’entraînement. Évidemment le fait qu’il y ait Alexis, Fabien, ou encore Sacha pèse dans la balance. Ce sont de bons amis, et je m’entraîne avec eux. Il y a un panel de coureurs : du 800m au 10000m, c’est parfait pour s’améliorer.

Crédit photo de mise en avant : On Running / Crédit photos : Instagram – romain.wyndaele

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok