Championnats du Monde d’athlétisme 2022 – Les marques les plus portées

Publié le 10/08/2022 Mis à jour le 23/08/2022

Lors des mondiaux d'athlétisme à Eugene, nous avons analysé les 1378 athlètes et les marques de chaussures qu'ils avaient aux pieds. Plusieurs constats en ressortent.

L’analyse de la présence des marques aux pieds des athlètes lors des rassemblements mondiaux en dit beaucoup sur leurs stratégies marketing et commerciales. Nous avons alors voulu analyser le pourquoi du comment dans cet article et apporter des réponses à certaines statistiques.

runpack Infographie Mondiaux 22 Slide6

Au niveau du demi-fond/fond :

Nike a équipé quasiment 2/3 des athlètes présents sur les épreuves de demi-fond/fond. Ces chiffres appuient l’importance de Nike sur le marché de l’athlétisme et des moyens mis en place par la marque pour rayonner à l’international. Nike a été un des premiers équipementiers à lancer des chaussures à pointes « next gen », mixant une plaque et une mousse avec une belle réactivité. On se rappelle par exemple que Nike était déjà en pleine phase de test de prototypes des Dragonfly aux championnats du Monde de Doha en 2019. Cette capacité à être toujours en avance sur le marché du fond et du demi-fond permet à Nike de séduire bon nombre d’athlètes et d’avoir d’avoir ainsi de grands noms à son actif. Notons par exemple la présence de très gros athlètes comme Jakob INGEBRIGSTEN, vainqueur du 5000m et 2ème du 1500m, Soufiane El BAKALI, 1er du 3000m steeple et Joshua CHEPTEGEI vainqueur du 10000m. Chez les femmes, nous pouvons citer Laura MUIR, 3ème sur 1500m ou Letesenbet GIDEY, 1ère sur 10000m.

Très loin derrière, on retrouve adidas avec environ 15% des demi-fondeurs équipés par la marque aux trois bandes. Cette dernière devance New Balance avec environ 5% des athlètes. Il n’est pas étonnant de retrouver ces 3 marques aux avant-posts sur la catégorie demi-fond/fond puisque c’est totalement en phase avec le choix de produits qu’on peut retrouver actuellement sur le marché. Nike, adidas et New Balance ont en effet été les marques les plus « rapides » à commercialiser des chaussures à pointes « next gen » taillées pour le demi-fond et le fond sur le marché. Cette mise sur le marché doublée de signatures de contrats de sponsoring avec des athlètes de haut vol permet donc d’expliquer ce classement. La marque allemande PUMA, qui est par ailleurs très présente sur les autres disciplines, a par exemple tardé à sortir une paire de chaussures à pointes « next gen » pour le demi-fond/fond en mettant plutôt le focus sur le développement des produits pour les sauts et le sprint. Ces priorités mises sur certaines disciplines au dépend d’autres en disent long sur les objectifs des différentes marques.

 

Sur le marathon :

 

Sur l’épreuve mythique des 42,195km, c’est le même constat, Nike domine en termes de présence aux pieds des coureurs. Le marathon et le demi-fond sur piste sont intimement liés, notamment par la nature des chaussures utilisées. Les technologies qui ont été développées pour la route ont ensuite été appliquées sur les chaussures à pointes pour le demi-fond. La logique est donc respectée et Nike écrase encore une fois la concurrence. La marque à la virgule investit énormément de temps et d’argent sur des projets pour promouvoir ses modèles « performance route » . Les projets lancés autour de l’illustre Eliud KIPCHOGE en sont une belle illustration, jusqu’à casser la barre symbolique des 2 heures. Nike dispose donc de produits ultra-performants (les plus performants du marché selon l’avis de certains avec les Vaporfly NEXT% ou encore les Alphafly NEXT%) et double la mise en signant des contrats avec les meilleurs coureurs mondiaux. À Eugene, sur le marathon, on retrouvait ainsi des paires de chaussures Nike aux pieds de pratiquement 2/3 des athlètes. Une statistique assez énorme quand on connait la concurrence qui existe désormais sur le marché du running, avec l’arrivée de nombreux acteurs sur ce créneau des chaussures de performance « next gen ».

adidas et ASICS sont deux exemples de firmes qui ont sur développer et mettre sur le marché des produits très concurrentiels à ceux de Nike. On a ainsi retrouvé la Adizero Adios Pro 3 d’adidas et la Metaspeed Sky+ d’ASICS aux pieds de bon nombre d’athlètes sur le marathon à Eugene (soit 11% des athlètes pour chaque marque). Les stratégies de ces deux marques restent pour le moins bien différentes. adidas mise sur de gros athlètes et d’ailleurs, le gagnant du marathon homme, Tamirat TOLA a remporté l’épreuve avec les adizero Adios Pro 2 aux pieds. De plus dans le top 10 du marathon homme, nous retrouvons pas moins de 3 athlètes avec des adidas. Cela confère une belle visibilité pour la marque et ce schéma se répète généralement sur les gros marathons à l’international où on peut en général voir une bataille aux avant-postes entre deux aramadas Nike et adidas.

Du côté d’ASICS, le sponsoring est un peu moins puissant, sans véritable grosse tête d’affiche. Mais la présence d’ASICS sur ce podium témoigne bien de la stratégie de la marque. Cette dernière se positionne véritablement comme une marque de running à part entière, avant même d’être une marque d’athlétisme. Sur le reste des disciplines, allant du sprint aux sauts, rares sont les athlètes portant des pointes ASICS. En se focalisant sur les disciplines sur route, ASICS assoie son image « d’experte running » aux yeux des coureurs de tous niveaux. ASICS reste en effet une des marques les plus plébiscitées et les plus portées au niveau amateur, à l’entrainement comme en course.

 

Sur les sauts : 

C’est la seule discipline où Nike n’a pas la majorité absolue ! « Seulement » 40% des athlètes étaient chaussés de pointes Nike. Derrière, adidas talonne la marque au swoosh avec 73 athlètes sur 235 comptabilisés. Cette dernière compte dans ses rangs de très grands noms comme Sanghyeok WOO, sauteur en hauteur coréen ou encore Miltiadis TENTOGLOU à la longueur. Cette forte représentation est encore plus appuyée en Europe. L’origine allemande de la marque y est certainement pour quelque chose et on voit ainsi de nombreux athlètes européens se démarquer dans les épreuves de sauts, notamment dans les pays de l’Est.

PUMA représente aussi presque un quart des sauteurs analysés. Cette marque qui dispose également d’une origine allemande a opté pour une stratégie très focalisée sur certaines disciplines depuis quelques années : le sprint et les sauts. À l’échelle française, les dernières vagues de recrutement d’athlètes illustre bien cela avec l’arrivée de grands noms tels que Renaud Lavillenie, Pascal-Martinot Lagarde ou encore Wilhem Belocian. Si on se focalise sur les sauts, de grands noms résonnent au sein de la « PUMAFAM » avec entre autres la présence du sauteur en hauteur Gianmarco Tamberi ou du prodige de la perche Mondo Duplantis. Avec la sélection jamaïcaine dans ses rangs et ses nombreux sprinteurs, PUMA est intimement lié avec les notions de rapidité et d’explosivité chères à son slogan « FOREVER FASTER ». Les sauteurs en longueur ou même les perchistes ont besoin de cette excellente base de vitesse pour sauteur haut ou loin. La marque entretient ainsi sa culture de la vitesse à travers les épreuves de sauts.

Sur les lancers :

 

Nike possède les moyens pour sponsoriser des athlètes de toutes les disciplines. Même celle qui ont moins de retombées médiatiques, comme les lancers. Notons aussi que la majorité des meilleurs lanceurs de poids de la planète sont américains. L’implantation et le lien de Nike avec ce pays justifient d’eux-mêmes la forte présence de la virgule aux pieds de ces lanceurs.

Derrière, adidas est la deuxième marque la plus représentée sur les lancers lors des mondiaux 2022. Étant implantée en Europe, elle sponsorise plus facilement les athlètes présents sur ce continent. Ces derniers sont bien représentés au niveau international et expliquent qu’un quart des athlètes internationaux spécialistes des lancers soient sponsorisés par adidas.

Sur la troisième marche, et très loin derrière, on retrouve PUMA. Les lancers sont une discipline qui n’est visiblement pas une priorité pour la marque. Mais finalement outre Nike, adidas et PUMA, très peu de marques proposent des produits pour cette discipline. Les athlètes doivent donc s’adapter et faire avec ce qui est disponible sur le marché.

Sur le sprint :

Pour finir, et encore une fois, Nike est aux avant-postes. L’historique domination des sprinteurs américain et le lien étroit avec Nike peut expliquer en partie cette prédominance de la marque à la virgule sur cette discipline. Médiatiquement parlant, le sprint a une forte résonance et intéresse même les non-initiés. Le 100m par exemple est nommée « l’épreuve reine » et bénéficie à chaque championnat d’un gros coup de projecteur. Avec de nombreux athlètes chaussées de pointes Nike, la marque américaine fait perdurer sa tradition et sa culture de la vitesse. Les chaussures à pointes qu’elle propose sont aussi en adéquation avec cette volonté d’accompagner la performance. Si les plaques carbone existent depuis bien longtemps sur les pointes des sprinteurs, Nike a été une des premières marque a intégrer le mix mousse/plaque carbone (voire mousse/plaque carbone/coussin d’Air Zoom) sur ses modèles « sprint ». Les Nike Air Zoom Maxfly ont ainsi été aperçues aux pieds de nombreux sprinteurs sponsorisés par la marque.

Comme dans les autres épreuves (hors courses de demi-fond/fond et marathon), adidas représente plus de 1 athlète sur 5. La marque continue d’être compétitive sur l’ensemble des épreuves de l’athlétisme et compte de grands noms dans ses rangs pour pouvoir arborer ses couleurs au plus haut. On peut ainsi citer l’américain Grant Holloway, vainqueur sur le 110m haies, Alison Dos Santos, champion du monde sur le 400m haies ou encore Noah Lyles sur le 200m. Chez les femmes des athlètes comme Shaunae Miler-Ubio sur 400m ou encore Tobi Amusan sur les haies démontrent la capacité des athlètes à performer avec adidas (et de la volonté de la marque d’être toujours associée à cette idée de performance).

En troisième position, nous retrouvons PUMA avec 17% des sprinteurs équipés. PUMA et le sprint, c’est une grande histoire d’amour ! Si vous demandez à une personne qui ne pratique pas d’athlétisme de citer un athlète, elle vous répondra sûrement « Usain BOLT », athlète emblématique du sprint mondial. De plus la Jamaïque, qui est également une nation forte du sprint mondial, est aussi sponsorisée par la marque allemande. Le lien entre le sprint et PUMA se fait donc tout naturellement et explique la forte présence du cat aux pieds des athlètes. La marque d’origine allemande a d’ailleurs investi ces derniers mois dans la recherche et le développement pour proposer de nouvelles chaussures à pointes encore plus performantes, en lien étroit avec les athlètes. De grands noms comme Andre De Grasse ou Karsten Warhlom ont par exemple été impliqués et disposent ainsi à leurs pieds de chaussures parfaitement adaptées à leur pratique et leurs besoins.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok