Le running serait-il le grand gagnant de ce confinement ?

Publié le 03/06/2020

Selon une étude menée par ASICS et dévoilée le 3 juin, à l’occasion de la Journée mondiale du running, les Français sont de plus en plus nombreux à pratiquer la course à pied. Pourquoi les Français ont-ils plus pratiqué la course à pied pendant le confinement ? Cela va-t-il durer ?

Pendant cette période particulière le sport a pris une place importante. Aujourd’hui presque un Français sur deux, soit 40% des pratiquants réguliers en France font plus d’exercices physiques qu’avant le confinement. Ces derniers temps la pratique du running a explosé, plaçant clairement la course à pied comme l’un des grands gagnants du confinement. Malgré les limites imposées par le gouvernement vous avez sûrement dû constater une hausse du nombre de runners près de chez vous. Le marché du running s’est donc développé et les magasins de sport ont vu leurs ventes de chaussures running doubler voire tripler pour certains, preuve de cette hausse du nombre de coureurs. Pour certains c’était l’occasion de se remettre au sport, pour d’autres de garder le rythme avec l’arrêt des sports en compétition. Plein de théories peuvent expliquer ce phénomène mais une étude menée par ASICS révèle que le sentiment de liberté a été la principale motivation de leur pratique.

Pour mener à bien cette étude, ASICS a interrogé 14 000 personnes à travers le monde, dont 1 000 en France. L’objectif étant de comprendre le comportement des runners en période de confinement et les motivations à pratiquer le running.

« 82 % des Français disent que le running les aide à se changer les idées et à se sentir mieux »

Pour la plupart le running a toujours été un moyen de se dépenser et d’oublier les problèmes du quotidien. Ce qui a été d’autant plus vrai pendant cette période de confinement, qui fût une période compliquée pour beaucoup. D’ailleurs l’étude le montre puisque deux tiers (69%) expliquent que l’activité physique les aide à faire face mentalement, lorsqu’ils sont confrontés à des situations difficiles. Et pour beaucoup cela va au-delà car « 8 runners sur 10 insistent sur le fait qu’être actif les rend plus heureux ». Ce qui amène au chiffre « 82 », comme le pourcentage de coureurs qui affirment que la course à pied joue un rôle clé pour les aider à se libérer l’esprit.

« Les résultats de notre étude prouvent que courir est bien plus que l’activité en elle-même, surtout en temps de crise. C’est une façon pour les pratiquants de mettre de côté la pression mentale et les défis de cette pandémie pour se sentir plus libre » a justifié Arnaud Leroux, Directeur marketing d’ASICS France. Le Dr Brendon Stubbs, l’un des chercheurs les plus influents au monde en matière de santé mentale,  va même plus loin en qualifiant le running de « bouée de sauvetage » pour de nombreuses personnes. « L’activité régulière nous fait nous sentir mieux et jamais il n’y a jamais eu de moment plus important pour devenir actif et profiter des bienfaits de l’activité physique pour la santé mentale » a-t-il ajouté.

Le running serait donc primordial pour se sentir mieux ? Pour 90 % des personnes interrogées, la réponse est OUI. Cela permettrait « que leur esprit et leur corps soient accordés », ce qui correspond totalement aux valeurs d’ASICS et à sa devise « Anima Sana In Corpore Sano » (« un esprit sain dans un corps sain »).

#UnitedWeRun le challenge made in ASICS au profit de la Fondation de France, signe de leur engagement

ASICS a toujours été engagé pendant cette période de crise. Fidèle à ses valeurs et dans la lignée de ce développement massif du running, depuis le 16 mai ASICS France a lancé un challenge connecté « United We Run« . Le but de ce challenge est de courir 1 000 000 km collectivement, avant le 25 juin et ainsi déclencher un don de 60 000€ au profit de la Fondation de France. « L’idée était de célébrer la liberté retrouvée de courir après le confinement, et d’y donner du sens », explique Arnaud Leroux. Les résultats de ce challenge sont plus qu’encourageants puisque la barre des 1 000 000 km a été atteinte aujourd’hui, ce mercredi 03 juin, Journée mondiale de la course à pied ! Un très beau clin d’œil aux 18 000 participants qui ont réalisé en moyenne 60 km chacun en à peine 3 semaines.

La pratique du running va-t-elle durer après la pandémie ?

Cette étude nous a montrés que le running avait pris une place importante au sein de notre société. Les chiffres de l’application de running d’ASICS, Runkeeper, montrent que les coureurs de tous niveaux ont couru plus souvent et plus longtemps. En avril 2020, l’application a enregistré une hausse de 407 % de ses inscriptions en France et une augmentation de 46% des utilisateurs mensuels actifs par rapport à la même période l’an dernier. L’application a également signalé une hausse de 80% du nombre de personnes en France ayant couru au moins une fois par semaine. Un boom pour l’application mais qui peut être seulement temporaire.

La vie reprend son cours petit à petit, les gens retrouvent leurs habitudes. Légitimement on peut donc se poser la question suivante : est ce que cette hausse de la pratique du running va durer ? Selon le sondage effectué par ASICS, une bonne partie souhaite maintenir leur habitude sportive, une fois la crise terminée. Pour 72 % des Français, ils continueront à courir après la crise du COVID-19. Plus de 7 Français sur 10 (75 %) ajoutent même qu’ils feront régulièrement de l’exercice physique et qu’ils accorderont une place importante au sport dans leur vie. Enfin, concernant les personnes qui se sont mises à courir pendant le confinement, 62 % d’entre elles estiment qu’ils ont l’intention de s’y tenir à l’avenir.

Des chiffres qui restent à confirmer à l’avenir mais qui montrent bel et bien que le running a pris une place importante dans le paysage français. Preuve en est avec les courses virtuelles qui se sont démultipliées ces derniers temps pour parer aux annulations des courses physiques.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok