Testing

ASICS Trabuco Max – Test et avis

Publié le 15/10/2021 Mis à jour le 19/10/2021

On a participé au Half-Marathon des Sables à Fuerteventura ! L'occasion pour nous de tester les Trabuco Max d'ASICS sur un ultra. On vous dit ce qu'on en a pensé.

On a eu l’occasion et la chance de participer au Half-Marathon des Sables, à Fuerteventura. Ultratrail de 4 jours au total, avec 120km à parcourir en auto-suffisance alimentaire, il faut bien s’équiper de la tête aux pieds pour faire de cette course une réussite. Côté chaussure, on a choisi de partir avec les Trabuco Max d’ASICS, parfaites pour des longues distances.

ASICS Trabuco Max – les sorties réalisées

  • 1 sortie de préparation marche/run de 20km
  • 1 dernier petit run avant le départ de 9km
  • Etape 1 HMDS 32 km
  • Etape 2 HMDS 54 km
  • Etape 3 HMDS 24 km
asics trabuco max runpack 6

ASICS Trabuco Max – les caractéristiques techniques

  • Type de foulée : neutre/universelle
  • Drop : 5mm
  • Poids : 298g (H – T42) / 265g (F – T40)
  • Prix : 160€

Confort

Note :

(9/10)

Le chausson est extrêmement confortable et on se sent tout de suite à l’aise dans cette Trabuco Max. Aucune sensation de gêne ou d’inconfort. Les différentes sorties en amont du HMDS ont permis d’assouplir la mousse et de s’assurer un réel confort pour la course.

Les lacets sont de bonne facture et le système de laçage QuickLace est très efficace pour trouver le bon niveau de serrage. Le petit rangement pour les lacets sur la languette est une bonne idée, mais la bande de maintien n’est pas assez ferme et donc les lacets sortent facilement de leur place.

asics trabuco max runpack 5

 

Dynamisme

Note :

(7/10)

Malgré cet amorti conséquent, on pourrait s’attendre à une chaussure un peu pataude, mais il n’en est rien. L’étape 3 du HMDS se prêtait le plus à tester cette partie avec un peu rythme plus soutenu et plus de course. J’ai pu aussi le voir sur une sortie courte où j’ai retrouvé de bonnes sensations en allongeant les foulées, proches de mes chaussures habituelles de route.

asics trabuco max runpack 3

Amorti

Note :

(9/10)

L’amorti est un réel point fort sur la chaussure. On sent vraiment que cet élément a été favorisé et principalement au niveau de la semelle intermédiaire qui assure le côté maximaliste de ce modèle. Quelque soit le terrain rencontré lors du HMDS, du sable au canyon exigeant en passant les pierres volcaniques, l’amorti n’a pas fait défaut et a su ménager le corps dans la durée.

Néanmoins, ce côté maxi nécessite un temps d’adaptation à la hauteur des semelles. C’est notamment le cas sur les terrains plus techniques avec plus de pierres et de racines. Il faut bien prendre la mesure de ces chaussures pour ne pas se faire de mauvaise surprise.

asics trabuco max runpack

Stabilité

Note :

(8/10)

C’est l’argument phare qui nous a fait choisir ce modèle. En effet, le sable est exigeant et il fallait des chaussures très stables. Et de ce côté, aucune déception. Les chaussures ont été performantes, très stables et rassurantes. La semelle extérieure dotée du ASICS GRIP a été un réel atout durant le HMDS. Les crampons sont vraiment efficaces et leur durabilité excellente. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant des flancs de la semelle qui marquent une usure prématurée après moins de 160 km.

asics trabuco max runpack 2

Maintien

Note :

(6/10)

Le maintien est correct. J’ai néanmoins eu des soucis sur le maintien latéral qui m’a causé des ampoules sur la partie droite externe du talon. Cela est peut-être dû à la coque de maintien trop ferme ou pas assez assouplie en amont de la course.

asics trabuco max runpack 1

Verdict

Ces Trabuco Max auront été à la hauteur du HMDS et un parfait allié combiné aux guêtres RaidLight. Leur amorti et stabilité auront été salvateurs sur la longue étape et les kilomètres auront défilé sans sentir d’inconfort particulier au niveau des genoux ou chevilles. La partie du talon aura été plus douloureuse, peut être due à un manque d’usage de la chaussure en amont de la course. Enfin, la durabilité de la chaussure ne fait aucun doute que ce soit au niveau du pare-pierre ou des crampons de la semelle. Seule la partie latérale semble plus sensible dans le temps. Hâte de pouvoir les rechausser sur des trails durant l’hiver.

Articles similaires

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok