Chaussures de running

Les chaussures à plaque de carbone à l’assaut des records

Publié le 12/05/2020

Vaporfly de Nike, Carbon X d'Hoka One One, adizero pro d'adidas, Metaracer d'Asics… Ces nouvelles chaussures de running se démarquent par la présence d'une plaque en fibre de carbone intégrée à la semelle. Malgré les nombreux débats, ces chaussures à plaques de carbone sont aujourd'hui presque indispensables aux marques. Tour d'horizon ...

Vous avez sûrement entendu parler des chaussures à plaque de carbone. Vous savez, ces chaussures qualifiées d’ultra-rapides permettant de battre des records et qui ont ramené sur le devant de la scène la question du « dopage technologique ». C’est le cas des Nike Alphafly ou encore des Vaporfly Next%, sujettes à une enquête de World Athletics il  y a quelques mois. Finalement autorisées, des règles ont été établies : fin des prototypes en compétition, épaisseur de semelle maximale à 40 mm et une seule plaque autorisée. Ce qui montre bel et bien l’avantage de cette plaque de carbone, dorénavant presque obligatoire pour performer, au point que certains ambassadeurs d’autres marques les chaussent. La course à la plaque de carbone est lancée chez les marques.


À l’origine de cet engouement autour de la plaque de carbone ? L’Alphafly et les Nike Vaporfly Next% … Souvenez-vous, le 12 octobre dernier, à Vienne, le coureur de fond kényan Eliud Kipchoge devenait le premier homme du monde à effectuer un peu plus de 42 km en moins de deux heures, lors de l’INEOS Challenge, avec un prototype de la Nike Alphafly. Le lendemain, à Chicago, Brigid Kosgei, une compatriote, envoyait aux oubliettes le précédent record féminin du marathon, cette fois-ci en Nike Vaporfly Next%.

Ces deux exploits ont suscité au choix enthousiasme, scepticisme ou rejet absolu. Et l’objet de la défiance tient en deux mots: innovation technologique. Oui, car dans les deux cas, les athlètes avaient aux pieds des chaussures Nike. Depuis trois ans, l’évolution de ces chaussures est contestée par certains runners participant aux compétitions. Un manque d’équité pointé, du fait de l’avantage de ces chaussures au niveau de la performance et qui reste en plus très chère et plutôt destinée à l’élite. La bonne nouvelle est que de nombreuses marques ont sorti leurs propres chaussures à plaques de carbone, avec des modèles plus ou moins accessibles à tous et capables de rivaliser.

Les différentes chaussures à plaque de carbone

  • Nike Zoom Vaporfly Next%

Selon une étude statistique du « New York Times », les Zoom Vaporfly Next% « permettent aux coureurs un gain en vitesse de 4 à 5 % par rapport aux autres concurrents ». En 2019, les athlètes portant des Vaporfly ont remporté 31 des 36 places sur le podium masculin et féminin dans les six plus grands marathons du monde. Des chiffres hallucinants qui prouvent que c’est l’une des chaussures les plus performantes à ce jour.

Comparée au modèle précédent (la Vaporfly 4%), elle possède 15% de mousse ZoomX  en plus, pour davantage de confort. Le mesh a été allégé et imperméabilisé, soutenu par une nouvelle empeigne nommée VAPORWEAVE, plus légère encore que le FLYKNIT habituellement utilisé et qui, surtout, absorbe beaucoup moins d’eau (de sueur ou de pluie), pour garantir un maintien au sec et une bonne ventilation tout au long du marathon.  Article complet à retrouver sur Runpack.

  • Nike Alphafly – 275 €

Ce sont les fameuses chaussures que portait Eliud Kipchoge lors de ses 42,195 kilomètres courus sous la barre des deux heures. Un record non homologué mais qui a procuré bon nombre de débats. Soumises à de nouvelles réglementations car trop performantes, les Nike Alphafly contiennent des coussins d’air à l’avant, de la mousse au talon et plus qu’une seule lame de carbone dans la semelle, au lieu des trois présentes sur le modèle prototype.

Dans la Alphafly NEXT%, l’épaisseur est ajustée en fonction de la pointure : la plaque est plus souple pour les plus petites pointures et s’épaissit à mesure que les pointures augmentent. C’est la chaussure « magique » qui permet de booster ses performances et battre des records.

  • adidas adizero pro – 180 €

Son concurrent direct va aussi répondre en sortant la chaussure de fond la plus rapide d’adidas. C’est l’évolution de l’adizero adios, avec laquelle Haile Gebreselassie a battu son propre record du monde du marathon et est devenu le premier à passer sous la barrière des 2h04, en 2008.

L’avantage de cette chaussure est qu’elle possède une plaque de carbone CARBITEX, qui lui confère une grande flexibilité lors du contact avec le sol et un décollage rapide, pour une propulsion maximale et une foulée plus économe. Autre avantage, c’est sa semelle intermédiaire innovante, combinant la technologie LIGHTSTRIKE et le BOOST. Le LIGHTSTRIKE promet des mouvements explosifs et une vitesse durable. Le BOOST, technologie emblématique de la marque, est quant à lui placé en particulier au niveau du talon pour un confort et un retour d’énergie maximal, sous tous les climats. Plus de détails sur Runpack. Prévu initialement pour le mois d’avril, le lancement de cette chaussure a été repoussé plusieurs fois par la marque aux trois bandes. Nous n’avons pas d’informations pour le moment sur la date exacte de sortie de la chaussure, mais cela ne devrait plus tarder ! 

  • Saucony Endorphin Pro – 220 €

À l’origine prévue pour juillet, elle sera finalement disponible à compter du 21 mai et est déjà disponible en pré-commande, pour le plus grand bonheur des fans de la marque. La chaussure en carbone de Saucony utilise la géométrie SPEEDROLL pour offrir au coureur une impulsion supplémentaire au pied. La semelle intercalaire de la chaussure est composée de l’amorti ultra-léger PWRRUN PB, 40% plus léger que le PWRRUN + de Saucony (utilisé dans la Triumph). La plaque de carbone en forme de S couvre toute la longueur de la chaussure. La plaque est conçue pour donner un effet tremplin au décollage.

Comme cette chaussure est conçue pour la vitesse, la tige est inspirée des pointes de piste de Saucony pour envelopper le pied dans des matériaux légers et axés sur la performance. La chaussure a un drop de 8 mm et est légère (212 g). Article complet à retrouver sur Runpack.

  • Brooks Hyperion Elite – 250 €

Brooks s’est également engagé dans la course à la plaque de carbone, avec son tout premier modèle. La Brooks Hyperion Elite est une chaussure ultra rapide destinée aux personnes à la recherche de records personnels. Sa particularité est qu’elle est composée d’une mousse ultra-légère et d’une plaque de carbone.

On connaît Brooks pour son amorti sans faille, la chaussure ne déroge pas à la règle avec son DNA ZÉRO, l’amorti le plus léger proposé par Brooks à ce jour. Intégrée à cela, on retrouve la plaque de propulsion en fibre de carbone, pour propulser le runner vers l’avant en lui donnant un rebond supplémentaire à chaque foulée. Gros point fort de la chaussure ? Son poids plume de 188 g qui vous permettra de courir comme sur un nuage. Plus d’infos du modèle sur Runpack.

  • Hoka Carbon X – 180 €

La chaussure a été lancée en mai dernier, en même temps que le « Project Carbon X », qui a permis à Jim Walmsley ambassadeur de la marque, de battre le record du monde du 50 miles, alors qu’il tentait le record du monde du 100km. Une performance incroyable qui a permis de montrer que cette chaussure est capable d’enchainer les kilomètres à une bonne l’allure.

Niveau technologie, elle contient une plaque en fibre de carbone et un Meta-Rocker, plus agressif que d’habitude. Cette dernière technologie vous permettra d’avoir une foulée naturelle et une propulsion vers l’avant incroyable. Cette plaque de carbone est entourée d’une mousse PROFLY X, qui est un mélange d’EVA avec caoutchouc, sous la plaque (mousse blanche plus dense) et d’EVA classique au-dessus (mousse bleue plus moelleuse). Amorti, dynamisme et stabilité sont les maîtres mots de cette chaussure. Article complet à retrouver sur Runpack.

  • New Balance FuelCell TC – 200 €

Qui dit plaque de carbone, dit vitesse, comme la plupart des chaussures à plaque de carbone. Or, ce n’est pas le cas sur ce modèle, sorti en février dernier, dont le confort d’amorti a été privilégié. On retrouve donc une chaussure stable due à sa rigidité et une chaussure confort grâce à sa quantité de mousse importante à l’avant du pied. Cependant, cela alourdit la chaussure, d’où son poids de 263 g. Plus d’infos sur Runpack.

  • Asics Metaracer – 200 €

Parlons maintenant de ce petit bijou, produit par Asics, avec sa toute première chaussure à plaque de carbone. Un concentré de technologies, qui est le modèle le plus abouti et le plus développé par la marque japonaise à ce jour. Pour cela, la marque a utilisé sa technologie GUIDESOLE qui permet une réduction de la charge musculaire pouvant aller jusqu’à 20%, pour ainsi ne pas perdre en énergie au cours de son run. Couplée à ça, on retrouve la plaque de carbone qui offre une stabilité optimale et un rebond à chaque foulée. Enfin, sa mousse FLYTEFOAM, présente sur la semelle intermédiaire, est très légère et résistante. Elle procure une sensation de dynamisme mais également d’amorti. Elle sera disponible à la vente à partir du 26 juin prochain. Retrouvez plus de détails sur Runpack.

Malgré une médiatisation moins importante, d’autres équipementiers ont sorti des chaussures à plaque de carbone. C’est le cas de la Under Armour HOVR Machina (160 €), la moins chère du marché des chaussures à plaque de carbone. Skechers a sorti la Speed Elite, New Balance la FuelCell 5280 et la FuelCell Rebel, Hoka One One la Carbon Rocket et Nike la Zoom Fly 3. D’autres équipementiers comme Mizuno ou encore On Running restent pour le moment muets mais travaillent sûrement sur la sortie de nouveaux prototypes, capables de rivaliser avec les plus grands.

La lame de carbone n’est pas une nouveauté …

Depuis quelques années, les équipementiers se sont lancés dans la production d’un modèle équipé d’une lame de carbone. Mais le recours à la plaque de carbone ne date pas d’hier. Au début des années 2000, Paul Tergat portait déjà un modèle avec lame carbone. Il s’agissait de la FILA Racers (semelle CARBONKEVLAR). Il en a été de même pour Haile Grebresselasie avec son adidas adistar Competition Proplate. Malgré tout, les chaussures de tous les records se dessinent aujourd’hui, autour de ces plaques de carbone. Lors des sélections américaines sur marathon en vue des JO, les 5 premiers hommes étaient équipés des Nike AlphaFly. Chez les femmes, les 3 premières étaient chaussées avec un modèle à lame de carbone : 1re Hoka Carbon X — 2Saucony Endorphin Pro – 3e Nike Vaporfly Next %. Encore une fois, ce type de chaussure est devenu la norme en 2020… Il est donc pas étonnant de la retrouver plus fréquemment sur les podiums, qu’elle améliore ou non les performances des coureurs.

La course à la plaque de carbone est lancée et on devrait voir apparaître de nouveaux modèles à l’avenir, toujours plus innovants.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok